Nos tutelles

CNRS

Nos partenaires

Rechercher




Accueil > Axes de recherche > Composants et fonctionnalités pour les communications optiques

Axe I : Composants et fonctionnalités pour les communications optiques

Cet axe de recherche concerne la conception, la réalisation, la caractérisation et la validation système de composants et de dispositifs photoniques pour les communications optiques. Ce champ d’application doit s’entendre au sens large puisqu’il s’étend du cœur des réseaux de télécommunications, avec des études sur le traitement du signal optique à très haut débit, jusqu’aux interconnexions optiques intégrant des contraintes de miniaturisation et de réduction de l’empreinte énergétique. Il porte aussi bien sur des aspects amont (physique, matériaux, technologies des composants), que sur des aspects plus proches des systèmes comme les fonctions de traitement du signal ou les systèmes et réseaux optiques du futur.

Les technologies de communications optiques, initialement cantonnées au domaine des liaisons longues distances, poursuivent leur migration au plus près des utilisateurs finaux. Le déploiement résidentiel de la fibre optique est devenu une réalité dans de nombreuses parties du monde où la photonique a déjà remplacé le cuivre. L’optique rend possible le déploiement des nouvelles générations de systèmes de radiocommunications. Elle est également sur le point de devenir omniprésente pour les interconnexions optiques entre serveurs, voire dans un futur proche au sein des serveurs eux-mêmes. Si les possibilités d’offrir des débits accrus par rapport à l’électronique ont été, et continuent d’être, motrices dans cette évolution, avec à l’heure actuelle des études sur la prochaine génération de systèmes de télécommunications par fibres optiques opérant à un débit de 400 Gbit/s, voire 1 Tbit/s, par canal multiplexé en longueur d’onde, de nouvelles considérations d’efficacité énergétique ont récemment fait leur apparition.

L’objectif du laboratoire est de contribuer au développement de nouveaux matériaux pour le visible et le proche infra-rouge (semi-conducteurs III-V, silicium, nanostructures), composants photoniques (lasers à émission par la tranche ou par la surface, lasers à blocage de modes, amplificateurs optiques à semi-conducteurs, micro-résonateurs) ou fonctions (traitement tout optique de l’information, techniques de modulation, multiplexage et détection avancées) pour les communications optiques, de la puce aux systèmes de télécommunications. Il vise à démontrer que les perspectives apportées par l’optique tant en terme de capacité de transmission qu’en terme de consommation énergétique demeureront tout à fait avantageuses pour les systèmes de communications aussi bien à longue qu’à très courte distance.